Passer au contenu
1ere consultation de 30min gratuite
1ere consultation de 30min gratuite

Article : Le deuil périnatal en famille : mes 4 conseils (par Julie)

Vivre un deuil périnatal en famille en 4 conseils
Conseil N°1 : Chacun son rythme dans l'accueil de la nouvelle
Les autres membres de la famille sont aussi en deuil, et chacun va devoir aller à son rythme. Je ne vais pas vous mentir, il est rare que les parcours soient synchrones dans le couple… si l’un va immédiatement accuser le coup lors de l’annonce, l’autre aura peut-être besoin de plus de temps pour assimiler ce qui est en train de se passer.Bref, ne paniquez pas si votre conjoint.e ne vous montre pas ses émotions sur le moment :il/elle n’en est peut-être pas encore là.
Conseil N°2 : Chacun son chemin dans les étapes du deuil 
Chaque chemin de deuil est unique et singulier : personne ne vit la perte d’un bébé de la même façon (j’ai perdu 3 bébés : j’ai beau être restée la même personne, aucun de mes deuils ne se ressemblent). Certains auront besoin de hurler leur colère et en voudront à la terre entière, d’autres auront simplement besoin de rester chez eux et de panser leurs plaies.Au sein du couple, cela peut créer pas mal d’incompréhensions (« mais pourquoi ne se bouge t-il pas ? » / « Mais comment fait-elle pour reprendre le travail aussi vite ? »). Rassurez-vous : l’autre souffre aussi, à sa façon.
Conseil N°3 : Chacun sa façon de gérer ses émotions
Nous sommes aussi le produit de notre éducation. C’est bien connu : dans le couple, c’est la femme qui souffre, et puis les hommes d’abord ça ne pleure pas, hein ? L’entourage s’attend parfois tellement à ce que les hommes soutiennent leur femme qu’ils peuvent se sentir empêchés de s’exprimer. Alors pour éviter ce type d’écueil, posez la question au papa : « et toi, comment tu te sens ? ». C’est tout bête, mais ça fait toute la différence.
Conseil N°4 : Chacun son deuil mais c'est aussi un deuil collectif
La priorité va aux parents et aux enfants de la fratrie. La famille peut être bouleversée – à juste titre – lorsque le bébé décède.
La grand-mère perd son statut, les oncles et tantes aussi… le deuil d’un bébé, eh bien c’est aussi un deuil collectif, familial. Attention cependant à ne pas mettre les parents en situation de vous consoler : il est légitime de souffrir du décès de ce bébé, et de le dire, mais mieux vaut vous tourner vers d’autres personnes pour soulager votre chagrin.
Il est important de ne pas rester seul(e).
Merci à Julie de @anosetoiles
Article précédent Témoignage : Sophie de @aurevoir.podcast
Articles suivant Lecture enfant : C'est pas ma faute !

Laisser un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître

* Champs obligatoires