Allongement du congé paternité à … 28 jours !

Oyez oyez la tribu Gleebaby !

L’assemblée nationale a entériné le doublement de la durée du congé paternité.

Voir l’article de Capital .

Chez Gleebaby, nous avons souhaité faire tourner le bâton de parole auprès de papas ou futurs papa et vous proposons ci-dessous leur retours :

–> Vincent, 32 ans, papa de deux filles Chloé 9 ans et Alba 9 mois.

Je vis en Charente Maritime à côté de Saintes et je suis enseignant en filière professionnelle, en viticulture plus précisément.

Mes deux filles sont nées dans deux contextes complètement différents et à deux moments de ma vie différents également. Pour Chloé j’avais 22 ans, j’étais encore étudiant et je ne mesurais pas encore toute la dimension de la paternité. Pour Alba j’avais 31 ans, une autre situation, après un parcours en PMA, c’était un enfant désiré par ses parents.

Pour ma première, je ne me posais pas réellement de questions sur ma paternité. Je me disais que c’était comme ça, que le papa avait une place que la société avait choisie, celle de géniteur accompagnant. J’étais dans une représentation très classique de la famille. Pour ma seconde fille, tout a été différent. Alba est née le 11 février 2020 comme dit plus haut, Lucie et moi-même sommes passés par la PMA. Je me suis donc préparé pendant plusieurs mois à l’arrivée de notre fille. 

Etant enseignant dans une filière professionnelle j’ai la chance de bénéficier de 10 semaines de congés par an. De fait, après la naissance d’Alba le 11 février 2020 j’ai pu prendre mes 3 jours naissance, les 11 jours consécutifs et ouvrés du congés paternité plus 3 jours de congés. En tout et pour tout 17 jours auprès de Lucie et d’Alba. 17 jours où notre univers a totalement basculé. Ma place dans cette nouvelle vie, de par mon expérience précédente, je l’avais décidé autrement. Je ne voulais pas être l’assistant de la maman qui devient la référente de tout ce qui concerne l’enfant, je voulais simplement être acteur de tout ça. Nous avons mis ensemble l’allaitement en place, j’ai accompagné Lucie dans cette démarche en l’aidant à positionner notre fille au sein. Les changes, le bain, la cuisine, le ménage. Pendant ces 17 jours j’ai fait tout mon possible pour que Lucie se repose de son accouchement et qu’Alba apprivoise son nouvel environnement. Ces 17 petits jours sont passés à une vitesse folle. Seulement, en fermant la porte de chez moi le lundi 2 mars, je me suis bien demandé ce que je faisais à ce moment précis. Pourquoi partir travailler ? J’avais mieux à faire ! Et finalement j’avais ce sentiment de laisser ma famille derrière cette porte ayant encore besoin de moi, que ma mission n’était pas terminée. Malgré ce sentiment, j’ai donc repris le travail. Mes 2 premiers jours de travail ont été pour Alba assez difficile à vivre, puisque dès que je rentrais après 10h d’absences, en me voyant, elle hurlait littéralement et pleuraitt à chaudes larmes. Impossible de la calmer. Elle me fuyait du regard et me faisait comprendre sa détresse face à cette séparation. Les soirées se terminaient en portage où, contre moi, elle s’apaisait comme avant, avant que je ne sois plus là.

Comme vous le savez tous, l’année 2020 est bel et bien une année particulière puisque, le 16 mars un confinement total a été annoncé. A partir du 17 mars j’étais donc chez moi, en télétravail pour une durée de 55 jours soit, jusqu’au 11 mai. Cette période a été difficile pour le maintien des formations dont j’ai la charge dans mon travail. Néanmoins, quelle chance j’ai eu aussi de pouvoir profiter de ma famille pendant cette période. 11 semaines de présence à la maison dans les premiers mois de ma fille. Cette valeur est équivalente au congé maternité puisqu’après l’accouchement cela peut varier de 10 à 18 semaines dans le cas général. Et je peux vous dire que cette expérience a été pour moi, quelque chose de magique. J’ai pu donc pendant ces semaines de confinement être là pour Alba, la porter, l’aider à la prise du sein pour s’alimenter, l’endormir et surtout à prendre le relais quand Lucie était fatiguée. J’ai cuisiné, pris en charge de manière plus conséquente la maison, accompagné Alba à ses rendez-vous chez le pédiatre… Bref tout un tas de choses qui en temps normal aurait été la charge de la maman. Ce confinement a été pour moi l’occasion de tisser des liens forts avec ma fille. Encore aujourd’hui, je suis étonné de constater le parfait équilibre que nous avons instauré ensemble. Pour Alba, que ce soit maman ou papa, il n’y a pas de différence. 

Je retire de cette expérience une grande fierté de pouvoir dire qu’en 2020, la figure paternelle ne se résume pas à l’autorité, à l’accompagnement de la maman, à la seconde place dans la parentalité mais bel et bien à la prise de conscience du rôle du papa. Je suis heureux de voir des papas s’engager pleinement et je suis satisfait de voir également que le gouvernement prend conscience de cet état de fait. J’évolue sur Instagram depuis quelques mois et j’ai été touché par la volonté de ces papas (@vieuxmachinidule, @papa.plume, @papatriarcat, @histoiresdedarons et bien d’autres…) militer pour ce droit des papas à être la dans le premier mois de la vie de leur enfant.

La promulgation de cet allongement du congé paternité est une excellente chose selon moi car cela permet aux pères d’assurer leur rôle avec plus de facilité. En revanche, je pense que c’est tout de même une petite avancée puisqu’aujourd’hui, avoir un congé différent c’est perpétuer les inégalités hommes/femmes dans le secteur de l’emploi mais également ne pas laisser encore au second parent la possibilité d’assumer pleinement son rôle dans le cercle familial.

C’est à mon sens une super première étape pour obtenir un jour un congé parental équilibré. Pourquoi séparer congé paternité et maternité ? Nous sommes tous deux des parents non ?

Ellia LB 36 ans papa de 3 petites filles dont la dernière a un an tout pile

–> « J’aurais aimé pouvoir en bénéficier et pouvoir être auprès de mon épouse notamment pour la toute première grossesse qui nous a fait devenir parents ! Je trouve cela encore insuffisant même si par rapport d’autres pays notamment celui où je suis né cela représente une chance pour ma part. »

–> VieuxMachinBidule

Ma réaction est certainement pas celle que vous attendez. En effet , je ne trouve en aucun cas , une révolution même mini soit elle 

 C’est une petite évolution, minuscule par rapport à d’autre pays de l’Union européenne. Le gouvernement a commandé un rapport de commission (1000 jours de l’enfant) présidé par Boris Cyrulnik et qui n’a pas du tout été suivi . C’est dommage et préjudiciable pour l’avenir de tous et surtout de nos enfants. Je sais que de nombreux père sont déjà satisfait de cela, mais pour ma part , pour avoir travaillé sur le sujet , c’est peu , très peu …

–>Dini L-B en mode projet bébé

Je ne sais pas trop comment répondre car je n’y avais pas vraiment pensé!

Je pense que c’est une bonne idée si ça permet de profiter au maximum des premiers moments vie de mon enfant. Cela permet aussi de prendre le relais de la maman (phrase de ma femme : – )  celle là).
De toute façon elle m’aurait obligé à prendre 1 mois de congés pour rester avec elle (phrase de ma femme aussi).

–> Matthieu W. 33 ans famille recomposée de 3 enfants (13, 12 et 11 ans)

J’ai ma fille aînée assez jeune et j’ai eu la chance étant en inter-contrat puis en formation de pouvoir rester auprès d’elle et de soutenir ma conjointe. Même si 28 jours cela reste peu compte tenu du temps dont la nouvelle famille en construction ont réellement besoin !

Je me dit que nous pouvons faire mieux et en même temps ne me fait pas d’illusion car nous en France et les choses bougent très lentement.

–>Rudy S. papa de 2 enfants 10 et 7 ans

Concernant l’allongement du congés paternité pour les pères j’y vois plusieurs avantages:
– Permettre aux pères de profiter davantage des premiers instants avec leur(s) enfant(s).
– Un autre élément important qui est souvent mis sous le boisseau est l’aide morale/psychique/physique que peut apporter le père envers la maman qui vient de donner naissance à un nouveau né. Des jours supplémentaires ne peuvent que venir faciliter cet accompagnement du nouveau papa envers la maman. Une belle façon d’aider/décharger la maman post accouchement sur une période plus longue.
– Une belle façon d’agir sur les inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes. Personne ne le dit mais tout le monde à bien conscience que la maternité à tendance à desservir les femmes en matière d’évolution professionnelle. Et donc potentiellement remettre sur un même pied d’égalité l’évolution salariale/professionnelle homme/femme en entreprise.

Leave a reply