🎥 – AngĂ©lique : la PMA, mon espoir pour devenir maman.

VoilĂ  un retour qui contre-balance avec ceux que nous avons eu la chance d’avoir prĂ©cĂ©demment. Mais c’est aussi la rĂ©alitĂ© de la vie : chaque parcours est diffĂ©rent et chaque personne l’apprĂ©hende comme il le peut, avec son vĂ©cu.

AngĂ©lique est une jeune femme qui dĂ©sir ĂŞtre maman, devenir parent avec son compagnon. La vie a dĂ©cidĂ© qu’ils devraient avoir recours Ă  un coup de pouce mĂ©dical ! Ils se sont donc lancĂ©s dans le parcours PMA. C’est difficile, ça comporte son lot de dĂ©ceptions, d’Ă©checs… Le moral est touchĂ© et il est n’est pas toujours simple de trouver du positif dans ces situations. Mais, elle s’accroche, ils s’accrochent parce que c’est leur souhait, leur rĂŞve de devenir parents.

AngĂ©lique @pma_pour_mon_espoir vous en parlera mieux que nous !
Prenez le temps de l’Ă©couter, son rĂ©cit est disponible sur notre blog. LIEN EN BIO

Merci AngĂ©lique pour la sincĂ©ritĂ© avec laquelle tu t’es confiĂ©e.
Chez Gleebaby nous avons Ă  coeur de parler de la vraie vie, des cĂ´tĂ©s positifs mais aussi d’aborder les difficultĂ©s, sans filtre. Merci d’enrichir la conversation.

Nous vous souhaitons le meilleur pour la suite et on vous donne rendez-vous vendredi pour un témoignage qui, nous le pensons, vous fera du bien.💕

Un mot pour Angélique la Gleefamily ?

La restranscription écrite de son récit.

«  Salut, moi c’est AngĂ©lique, j’ai 24 ans et je suis en couple depuis un peu plus de 2 ans avec Romain qui a 26 ans.

Je vous fais cette vidéo aujourd’hui, pour vous raconter un peu mon parcours PMA, du début jusqu’à aujourd’hui. Alors, tout d’abord, il faut savoir que moi j’ai eu mes règles très jeune, à 12 ans j’étais réglée. Donc du coup pour des règles régulières j’étais mise rapidement sous pilule contraceptive pour réguler tout ça.

J’ai pris la pilule à peu près, pendant 4/5ans, ensuite je rencontre donc l’homme avec qui j’étais à l’époque et en 2013, je décide d’arrêter ma pilule pour un désir de grossesse, j’avais donc 17 ans à ce moment-là. Seulement, après plusieurs mois d’échecs, je décide quand même de faire des examens pour voir où se trouve le problème.

Et très vite, on me diagnostique le syndrome des ovaires polykystiques, donc à ce moment-là, j’ai 18 an, je comprends que je n’aurais certainement pas la chance d’avoir d’enfants naturellement mais à ce moment-là forcément vu mon jeune âge, je ne mesure pas encore l’ampleur de tout ce que ça va amener par la suite et de toutes les complications que ça va m’apporter dans ma vie.

Du coup, on commence l’aide médicale pour avoir un bébé, on fait 5 stimulations simples, le traitement a toujours bien fonctionné, mais ça na jamais donné de grossesse. On passe ensuite au inséminations donc 20 ans, quand je fais ma première insémination en 2016, c’est compliqué à 20 ans de se retrouver dans un milieu de grand un peu, entouré de médecins, de gynécologues, d’infirmières, un milieu ou on se pique tous les jours, ou autour de nous on n’est pas forcément comprit, pourquoi à cet âge-là on s’inflige un peut tout ça déjà.

Donc, du coup en octobre 2016, je fais ma première insémination qui me donnera ma première grossesse mais mon bébé deviendra un petit ange le 1er janvier 2017 à 3 mois de grossesse. À la suite de ça, mon gynécologue veut qu’on reprenne tout de suite le chemin de la PMA pour ne pas sombrer, pour avoir une force d’avancer, de se battre. Donc je ferais ma deuxième insémination, en mars 2017 mais cette fois ci c’est un échec, ensuite avec le papa de mon bébé on se sépare et je rencontre donc Romain en 2018.

Romain, tout de suite a était informé de mon problème, je ne lui aie jamais caché et forcément rapidement je lui ai parlé d’un désir de grossesse puisque je savais que ça prendrait du temps, que ce serait compliqué. Donc on attend un petit peu, et en Février 2019, j’arrête ma contraception, on aura notre premier rendez-vous PMA ensemble en avril 2019. Forcément, il y aura une des examens pour lui, comme pour moi. Chez moi, ça ne change pas le syndrome des ovaires polykystiques, donc c’est une bonne nouvelle, on ne me trouve pas d’autres problèmes de fertilité, en revanche chez Romain on lui diagnostique OATS, c’est-à-dire qu’il n’a pas beaucoup de spermatozoïde et que tous ne bougent pas.

Donc, forcément les inséminations ce n’était pas possible, on passera alors directement en FIV-ICSI, c’est une technique de FIV normale mais au moment de la fécondation c’est un spermatozoïde qui est fécondé dans un ovule. La fécondation ne se fait pas seule, donc avant de passer à notre FIV 1, le gynécologue nous laisse faire la dernière stimulation à laquelle j’ai le droit.

Au cas où, un miracle voudrait s’installer mais il n’y a pas de miracle à l’horizon, du coup on commencera en janvier 2020, le premier protocole car c’est long, il faut faire le dossier, il faut voir deux fois le médecin, il y a pleins de papiers à remplir. Et des délais d’attente, entre temps il y a des choses qui font que ça prend du temps. On démarre mon premier protocole en janvier 2020 pour une ponction initialement prévu en février sauf que encore une fois tout ne se passe pas comme prévu, les ovaires ne travaillent pas, le traitement ne fonctionne pas donc je suis à 12 jours de traitement exactement.

Et la gynécologue qui me fait l’échographie de contrôle décide de m’arrêter le traitement parce qu’elle estime que ça ne fonctionnera pas, elle estime qu’avant de reprendre quelconque traitement, je dois perdre 10 kilos et estime que si ça ne fonctionne pas c’est parce que je suis trop grosse c’est ce qu’elle ma dit.

Du coup, c’était un coup de massue, je me suis sentie abandonnée, pas du tout soutenue, blessée presque humiliée, enfin bon je reprends très vite le dessus, je retourne voir mon gynécologue qui me represcrit le même protocole, qui me rassure sur la question du poids et donc on est reparti fin février cette fois ci pour une ponction en mars.

Donc je commence ma pilule pour déclencher mes règles, parce que je n’ai jamais mes règles naturellement mais ensuite s’est invité monsieur le covid donc mon centre de PMA a fermé très tôt, puisqu’ici on a été très tôt touché, du coup en mars le protocole à été arrêté brutalement.

On profitera de cette pause pour se retrouver.

Ensuite, il y aura la ponction le 07 septembre, ce sera un échec, pas d’ovicide pour moi, donc pas de fécondation, pas de transfert, c’est un coup dur parce que finalement on a toujours un peu l’espoir que la première tentative sera la bonne mais encore une fois, on se relève fort, on redémarre maintenant un nouveau protocole pour j’espère une ponction en novembre si tout va bien avec un nouveau traitement cette fois ci, un nouveau médicament, on verra.

On croise les doigts le plus fort qu’on peut pour arriver au bout de ce protocole, après ça le gynécologue m’a vaguement déjà parlé de don d’ovocyte, donc c’est vrai qu’à 24 ans c’est compliqué d’entendre parler de ce genre de chose et beaucoup de mal. Mais on n’en est pas encore la et puis le jour ou on y sera, on verra. En tout cas, si je peux vous donner des conseils ce serait d’en parler, de savoir vous entourer de personne qui vous comprennent. Ce sont des parcours plus ou moins long en fonction des couples, plus ou moins dur avec des échecs parfois. Et d’en parler, je pense que c’est très important de pouvoir se confier sur ses sentiments, sur ce que l’on ressent. Être entourée, soutenue par sa moitié c’est aussi important, j’ai la chance d’avoir un chéri formidable qui est toujours là pour moi, qui me soutient toujours, qui est toujours fort pour nous deux quand moi je n’ai plus la force d’avancer, de me battre.

Mais voilà, je pense que c’est important d’en parler, et surtout j’ai plus de facilité de le dire aux autres que de l’appliquer à moi-même. Mais je pense qu’il ne faut jamais abandonner, jamais vouloir arrêter, parce qu’on ne sait jamais à quel moment ce sera notre tour et je suis persuadée que dans ce parcours-là, on a tous à un moment ou un autre notre tour qui arrivera.

Soyez fort, ne baissez pas les bras, et voilà on espère plein de petits bébés PMA pour les mois, années à venir, des bisous. »

Leave a reply